SOCIALISATION DU TRAVAIL DU CARE POUR LA LIBÉRATION DES FEMMES TRAVAILLEUSES ! Des ser­vi­ces de qua­li­té, gra­tuits et uni­ver­sels – ITAIA

Dans une dyna­mi­que pro­pre au capi­tal, les con­di­tions de vie et de tra­vail de la clas­se ouvriè­re n’ont
ces­sé de se dété­rio­rer depuis la cri­se de 2007 – 2008, voi­re même avant. Cet­te cri­se n’est pas le
résul­tat de la pan­dé­mie qui a débu­té en mars der­nier, mais ce con­tex­te de pan­dé­mie n’a fait
qu’aggraver la situa­tion précédente.Si quel­que cho­se est désor­mais clair, c’est que les con­tra­dic­tions
inhé­ren­tes au capi­tal se sont mul­ti­pliées. L’une d’entre elles met en dan­ger sa con­ti­nui­té même : la
repro­duc­tion socia­le. C’est pré­ci­sé­ment dans cet­te repro­duc­tion socia­le que nous, les fem­mes de la
clas­se ouvriè­re, jouons un rôle cen­tral, tant dans les for­mes de tra­vail domes­ti­que en dehors du
tra­vail rému­né­ré que dans le rôle que nous jouons dans l’économie for­me­lle.
L’avenir des fem­mes tra­vai­lleu­ses d’aujourd’hui se carac­té­ri­se par une exploi­ta­tion struc­tu­re­lle
sau­va­ge, qui, com­me tou­jours, tou­che­ra les sub­jec­ti­vi­tés les plus vul­né­ra­bles : jeu­nes fem­mes,
fem­mes migran­tes … Nos con­di­tions pré-pan­dé­mi­ques vont être enco­re plus net­te­ment dété­rio­rées,
com­me des emplois ins­ta­bles, des salai­res insuf­fi­sants ou des loge­ments de mau­vai­se qua­li­té.
Beau­coup d’autres fem­mes, fau­te d’autres pos­si­bi­li­tés, seront con­tra­in­tes de ven­dre leur corps et de
deve­nir des pro­duits sexuels et repro­duc­tifs. À tout cela, il faut ajou­ter le man­que de préoc­cu­pa­tion
de l’État et des admi­nis­tra­tions publi­ques, qui ont un impact direct sur de nom­breu­ses fem­mes
tra­vai­lleu­ses, puis­que c’est à nous que revient la res­pon­sa­bi­li­té des soins aux enfants, aux per­son­nes
âgées et aux per­son­nes dépen­dan­tes. En rai­son de la pri­va­ti­sa­tion, la fer­me­tu­re et la réduc­tion des
ser­vi­ces qui garan­tis­sent – quoi­que misé­ra­ble­ment – ces besoins et la plu­part de ces res­pon­sa­bi­li­tés
retom­be­ront déses­pé­ré­ment sur les épau­les des fem­mes qui tra­vai­llent.
sur les fem­mes tra­vai­lleu­ses.
LES TRAVAILS DU CARE ET LE MODE DE VIE DES FEMMES TRAVAILLEUSES
Bien que les tra­vails du care (emplois socia­le­ment néces­sai­res), qui sont les garants de la
repro­duc­tion socia­le, ren­voient à une géné­ra­li­té, il exis­te des emplois que les fem­mes ont
his­to­ri­que­ment exer­cés, qui, bien qu’ils aient été trans­for­més, n’ont pas chan­gé dans leur
essence.Les fem­mes tra­vai­lleu­ses avons joué un rôle essen­tiel dans le tra­vail domes­ti­que, comp­te
tenu du fait qu’il est néces­sai­re pour la repro­duc­tion de la clas­se ouvriè­re. Ces tra­vaux n’entraînent
aucun coût ni inves­tis­se­ment pour l’État ; au con­tra­ire, ils sont béné­fi­ques pour l’État afin d’obtenir
la main‑d’œuvre sous la for­me dont il a besoin et d’assurer ain­si sa sur­vie. Cepen­dant, au cours des
der­niè­res décen­nies et avec la trans­for­ma­tion du capi­ta­lis­me dans le mon­de entier, nous avons
assis­té à une net­te fémi­ni­sa­tion du mar­ché du tra­vail.
Sur­tout depuis les années 1970, le nom­bre de fem­mes inté­grant le mar­ché du tra­vail a été plus
impor­tant que celui des hom­mes. D’une part, les fem­mes ont rejoint cer­tains sec­teurs deter­mi­nés :
dans le CAV, par exem­ple, les acti­vi­tés domes­ti­ques (90%), d’autres types de ser­vi­ces à la per­son­ne
(77%) ou l’éducation (69%). sont des exem­ples de bran­ches d’activité où les fem­mes sont
majoritaires.D’autre part, la pré­sen­ce des fem­mes a aug­men­té sur­tout dans les sec­teurs où les
con­di­tions sont les plus mau­vai­ses : tra­vail à temps par­tiel, gran­de fle­xi­bi­li­té, fai­bles salai­res….
Cela se voit clai­re­ment, par exem­ple, dans le cas des tra­vai­lleurs domes­ti­ques, où, entre autres
cho­ses, l’instabilité, les lon­gues heu­res de tra­vail ou l’absence de pres­ta­tions socia­les sont des
carac­té­ris­ti­ques com­mu­nes.
Dans la réa­li­té actue­lle, ces ser­vi­ces sont garan­tis et gérés de dif­fé­ren­tes maniè­res. Cer­tains ser­vi­ces
sont four­nis par l’État, c’est-à-dire qu’il s’agit de ser­vi­ces qui sont réa­li­sés grâ­ce à des
inves­tis­se­ments publics.Bien que l’on puis­se com­pren­dre qu’ils puis­sent repré­sen­ter une dépen­se
pour l’État, cela doit être com­pris en ter­mes rela­tifs, puis­que cet argent aura été collec­té
pré­cé­dem­ment dans le cadre de la collec­te des impôts directs et indi­rects. Le capi­tal, d’une part, ne
tire aucu­ne plus-value de ces ser­vi­ces (sauf si l’État les réa­li­se par sous-trai­tan­ce), et d’autre part, il
n’aura aucun coût éco­no­mi­que, mais il aura une per­te de la capa­ci­té d’exploiter la main‑d’œuvre, en
tenant comp­te du fait qu’une clas­se ouvriè­re dont les besoins fon­da­men­taux sont satis­faits est mieux
pla­cée pour négo­cier. Dans le cas où ces ser­vi­ces sont four­nis à titre pri­vé, c’est-à-dire si ils sont
four­nis par une fem­me tra­vai­lleu­se dans une entre­pri­se de ser­vi­ces, le capi­tal obtient un pro­fit
éco­no­mi­que. Il exis­te une autre option : les ser­vi­ces à la per­son­ne. En rai­son de l’augmentation du
pou­voir d’achat de cer­tains indi­vi­dus, ces ser­vi­ces ont obte­nu un cer­tain prix sur le mar­ché sous la
for­me de ser­vi­ces per­son­nels. Cela dépen­dra de la valeur socia­le­ment pro­dui­te et de la capa­ci­té
d’épargne des per­son­nes qui achè­tent les ser­vi­ces et com­por­te une clai­re com­po­san­te de clas­se.
D’une maniè­re ou d’une autre, ces tâches con­di­tion­nent com­plè­te­ment le mode de vie des fem­mes
tra­vai­lleu­ses. Le tra­vail domes­ti­que nous obli­ge à effec­tuer une dou­ble jour­née de tra­vail, ce qui
entraî­ne un iso­le­ment social et poli­ti­que. Étant res­pon­sa­ble de la repro­duc­tion fami­lia­le et étant
don­né que tous ces emplois sont néces­sai­res, cela con­di­tion­ne tota­le­ment la vie des fem­mes
tra­vai­lleu­ses, et en même temps, cela a des réper­cus­sions direc­tes sur notre par­ti­ci­pa­tion dans la
pro­duc­tion socia​le​.La con­ci­lia­tion fami­lia­le nous con­duit vers les emplois les plus pré­cai­res et, par
con­sé­quent, nous menons une vie carac­té­ri­sée par la pau­vre­té. Lors­que nous par­lons de l’écart
sala­rial entre les hom­mes et les fem­mes, nous ne par­lons pas de fem­mes qui gag­nent moins pour le
même tra­vail spé­ci­fi­que (même si c’est le cas dans cer­tains cas). Au con­tra­ire, lors­que nous par­lons
de l’écart sala­rial, nous par­lons d’une par­ti­ci­pa­tion plus fai­ble à la valeur socia­le­ment pro­dui­te, qui
est due au tra­vail à temps par­tiel, au tra­vail occa­sion­nel, aux emplois non qua­li­fiés et aux salai­res
plus bas que nous rece­vons en con­sé­quen­ce. Cet­te situa­tion nous con­duit inévi­ta­ble­ment à une
dépen­dan­ce éco­no­mi­que vis-à-vis de nos maris ou des ins­ti­tu­tions de l’administration publi­que.
Il est impor­tant de sou­lig­ner ici que cet­te situa­tion ne déter­mi­ne pas seu­le­ment la vie des fem­mes
tra­vai­lleu­ses dans le pré­sent, mais défi­nit éga­le­ment le modè­le de vie qui nous attend dans le
futur.En fait, la pré­ca­ri­té de la vie pro­fes­sion­ne­lle des fem­mes influen­ce nos vies futu­res, dans le
sens où nos mai­gres coti­sa­tions déter­mi­nent les reve­nus que nous aurons à la retrai­te.
À cet égard, il con­vient de men­tion­ner le nom­bre de fem­mes âgées qui doi­vent sur­vi­vre avec une
une pen­sion de veu­ve ou com­plé­ter leur pen­sion non con­tri­bu­ti­ve (quel­que cho­se com­me 300 – 400
euros) avec le RSA.
LA REPRODUCTION DE LA CLASSE OUVRIÈRE DANS LE CONTEXTE DE LA CRISE ET
DE LA MISÈRE DE LA FEMME TRAVAILLEUSE
Com­me nous l’avons men­tion­né au début, dans un con­tex­te de cri­se, cet­te situa­tion devient enco­re
plus regret­ta­ble, et s’exprime par une offen­si­ve con­tre la clas­se ouvrière.La cri­se enten­due com­me
une cri­se de l’accumulation du capi­tal a été his­to­ri­que­ment payée par la réor­ga­ni­sa­tion de
l’exploitation de la clas­se ouvriè­re. Nous vivons une pério­de d’offensive dans le domai­ne de la
repro­duc­tion socia­le et des réfor­mes du tra­vail dans la sphè­re pro­duc­ti­ve, des stra­té­gies visant à
garan­tir que l’accumulation du capi­tal con­ti­nue sa ten­dan­ce à la haus­se. En ce sens, le capi­tal, pour
main­te­nir ses pro­fits, réduit les reve­nus de la clas­se ouvriè­re, d’une part, et d’autre part, pro­cè­de à
des réduc­tions et pri­va­ti­sa­tions dans les ser­vi­ces de la socié­té qui faci­li­tent la repro­duc­tion de la
clas­se ouvriè­re (mai­sons de retrai­te, pen­sions, reve­nu mini­mum, can­ti­nes, gar­de d’enfants, etc). Ici,
les fem­mes tra­vai­lleu­ses jouons un rôle cen­tral en assu­rant un grand nom­bre de ces emplois, que ce
soit sur le mar­ché ou en dehors.
À ce sta­de, la pos­si­bi­li­té de béné­fi­cier de ser­vi­ces publics sera de plus en plus limi­tée pour les
caté­go­ries de la clas­se ouvriè­re qui en béné­fi­ciaient aupa­ra­vant, car leur capa­ci­té éco­no­mi­que sera
rédui­te. L’offre de ser­vi­ces publics sera éga­le­ment for­te­ment limi­tée ; la bais­se des béné­fi­ces des
entre­pri­ses et de la capa­ci­té de con­som­ma­tion de la clas­se ouvriè­re entraî­ne­ra une dimi­nu­tion des
pré­lè­ve­ments fis­caux. Par con­sé­quent, la pos­si­bi­li­té d’investissement public/​social sera de moins en
moins gran­de. Ain­si, le capi­tal lui même peut se mani­fes­ter en faveur des ser­vi­ces publics afin
d’éviter les con­sé­quen­ces de la non garan­tie des quo­tas mini­mums de bien-être, mais cela dépen­dra
de ses capa­ci­tés et non de sa volon­té. Néan­moins, en l’absence de ces ser­vi­ces, indis­pen­sa­bles à la
repro­duc­tion de la clas­se ouvriè­re, les con­di­tions de vie des mem­bres de la clas­se ouvriè­re seront
for­te­ment dégradées.Comme on peut le pré­voir, tout cela aura un impact majeur sur les con­di­tions
de vie et de tra­vail des fem­mes tra­vai­lleu­ses : nous aurons du mal à con­som­mer ces ser­vi­ces et
et nous devrons assu­rer un grand nom­bre de ces tra­vaux. En bref, il nous incom­be­ra de garan­tir,
prin­ci­pa­le­ment dans la sphè­re fami­lia­le, les emplois qui étaient aupa­ra­vant couverts par l’État ou
une entre­pri­se sous con­trat. Tout cela, en plus d’augmenter notre char­ge de tra­vail, va éta­blir les
con­di­tions néces­sai­res pour con­ti­nuer à per­pé­tuer notre oppres­sion.
Cela se reflé­te­ra à son tour dans les con­di­tions que les fem­mes tra­vai­lleu­ses auront dans cer­tains
sec­teurs du tra­vail salarié.Il con­vient de noter que nom­bre de ces ser­vi­ces garan­tis par l’État et les
admi­nis­tra­tions publi­ques seront four­nis indi­rec­te­ment, c’est-à-dire par le biais de la sous-trai­tan­ce
ou sous la for­me d’un accord public-pri­vé. Dans ce cas, étant don­né que seu­le une ges­tion “effi­ca­ce”
de cet inves­tis­se­ment public assu­re­ra des béné­fi­ces à l’entreprise, elle dété­rio­re­ra à la fois les
con­di­tions de tra­vail des per­son­nes tra­vai­llant dans ces ser­vi­ces (géné­ra­le­ment des fem­mes) et le
ser­vi­ce fourni.Les témoig­na­ges des tra­vai­lleu­ses des rési­den­ces pri­vées dans les lut­tes menées ces
der­niers mois dans l’Etat Espag­nol en sont un exem­ple, ain­si que la négli­gen­ce des admi­nis­tra­tions
publi­ques à cet égard. Un autre aspect qu’il con­vient d’ajouter est que les fem­mes sont les plus
gran­des uti­li­sa­tri­ces de ser­vi­ces liés à la dépen­dan­ce et aux soins socio-sani­tai­res, une con­sé­quen­ce
de l’allongement de la durée de vie et de l’augmentation des mala­dies chro­ni­ques. En con­clu­sion,
c’est nous, les fem­mes tra­vai­lleu­ses, celles qui con­nais­sons le mieux la mau­vai­se situa­tion de ces
ser­vi­ces et leur mau­vai­se qua­li­té.
La pro­duc­tion et la pres­ta­tion de ser­vi­ces four­nis par l’État devien­nent un obs­ta­cle à la crois­san­ce
éco­no­mi­que ; des dif­fi­cul­tés sur­gis­sent pour con­ci­lier l’accumulation de capi­tal et la repro­duc­tion
socia­le. Cepen­dant, nous som­mes cons­cients que le capi­tal ne dis­tri­bue jamais la riches­se de
maniè­re éga­le; elle con­cen­tre les riches­ses dans quel­ques mains, tan­dis qu’elle con­dam­ne les lar­ges
mas­ses popu­lai­res à la misè­re. C’est la logi­que géné­ra­le du capi­tal, qui, com­me nous l’avons dit, est
plus accen­tuée dans un con­tex­te de cri­se et devient plus appré­cia­ble au quo­ti­dien.
Le fond du pro­blè­me ne rési­de pas dans la ques­tion de la poli­ti­que fis­ca­le et des dépen­ses publi­ques,
mais dans le man­que de pro­fits et l’accumulation de riches­ses. Par con­sé­quent, afin de réta­blir le
taux d’accumulation, ils dimi­nue­ront les reve­nus de la clas­se ouvriè­re, et en même temps,
l’impossibilité de main­te­nir le niveau anté­rieur des ser­vi­ces sociaux jus­ti­fie­ra tou­te réduction.Dans
tout cela, le rôle que nous, les fem­mes tra­vai­lleu­ses, jouons dans la repro­duc­tion de la maind’œuvre, en par­ti­cu­lier dans la fami­lle, devient essen­tiel.
L’OPPRESSION, SON CARACTÈRE MUTABLE ET LE CHOIX DU SOCIALISME
L’oppression des fem­mes n’est pas fon­dée sur notre capa­ci­té bio­lo­gi­que à repro­dui­re la socié­té,
c’est-à-dire notre capa­ci­té à avoir des des­cen­dants. Au con­tra­ire, il s’agit de la dépen­dan­ce du capi­tal
à la repro­duc­tion et, par con­sé­quent, au carac­tè­re social qui a été attri­bué à ces pra­ti­ques menées par
les fem­mes liées aux capa­ci­tés biologiques.En d’autres ter­mes, le capi­tal a besoin de la repro­duc­tion
de la clas­se ouvriè­re pour pou­voir se repro­dui­re, tant en ter­mes de repro­duc­tion de la main‑d’œuvre
qu’en ter­mes de repro­duc­tion inter­gé­né­ra­tion­ne­lle. Cela sou­lig­ne le besoin des fem­mes.
Le capi­tal doit donc, en rai­son du sens social qu’il don­ne à la repro­duc­tion, en gar­der le con­trô­le. En
bref, l’oppression des fem­mes dans la fon­ction repro­duc­ti­ve que nous exerçons est cen­tra­le et
affec­te tous les domai­nes de notre vie.Par con­sé­quent, notre hori­zon doit se situer dans l’action
visant à libé­rer les fem­mes tra­vai­lleu­ses de tou­te rela­tion de tra­vail et des fon­ctions repro­duc­ti­ves
qui nous main­tien­nent oppri­mées.
À cet égard, l’intégration de la fem­me tra­vai­lleu­se dans le mon­de du tra­vail – un pro­ces­sus qui a eu
lieu sur­tout depuis l’industrialisation -, bien qu’il soit clair qu’elle repré­sen­te une net­te avan­cée dans
son pro­ces­sus d’émancipation, elle n’a pas sig­ni­fié une rée­lle liber­té. Aujourd’hui, la majo­ri­té des
tra­vai­lleu­ses du cen­tre capi­ta­lis­te tra­vai­llons pour un salai­re, mais cela ne nous a pas libé­rés de
d’être liés aux tâches domes­ti­ques, bien au con­tra­ire ; pour dire les cho­ses crû­ment, nous avons
main­te­nant été con­tra­in­tes de fai­re deux fois plus de tra­vail. Par con­sé­quent, mal­gré l’indépendance
éco­no­mi­que de cer­tai­nes fem­mes par rap­port à diver­ses ins­ti­tu­tions, les fem­mes les plus
pro­lé­ta­ri­sées, en rai­son de leurs con­di­tions de tra­vail pré­cai­res, res­tent sous une for­te dépen­dan­ce
éco­no­mi­que.
Con­tra­ire­ment à ce que cer­tains pen­saient, lors­que cer­tai­nes pra­ti­ques domes­ti­ques sont éga­le­ment
deve­nues un tra­vail rému­né­ré, l’oppression des fem­mes n’a pas disparu.Loin de ren­ver­ser
l’oppression des fem­mes, la con­ver­sion de ces emplois en tra­vail sala­rié a con­tri­bué à per­pé­tuer la
divi­sion sexue­lle du travail.Certaines fem­mes (fem­mes de la clas­se moyen­ne) ont eu la pos­si­bi­li­té
de se libé­rer de ces emplois, mais pas celles qui sont les plus pro­lé­ta­ri­sées, la majo­ri­té d’entre elles
des fem­mes immi­grées, et qui plus est, elles ont dû tra­vai­ller dans des con­di­tions déplo­ra­bles,
com­me les emplo­yées de mai­son que nous avons évo­quées. Dans l’Etat Espag­nol une autre option
de ce type est la pres­ta­tion qu’un mem­bre de la fami­lle reçoit en ver­tu de la loi sur la dépen­dan­ce
pour assu­rer la pri­se en char­ge d’un autre mem­bre de la fami­lle souf­frant d’un han­di­cap (elle ne
dépas­se en aucun cas 500 €). Cer­tai­nes étu­des ont mon­tré que dans 89 % des cas, c’est une fem­me
qui s’occupe de ces tâches et que, dans la majo­ri­té des cas, elle est d’ailleurs arri­vé à cet­te situa­tion
moti­vée par des besoins éco­no­mi­ques et sociaux. En outre, il est clair que le sta­tut rému­né­ré du
tra­vail domes­ti­que et des soins a reti­ré les fem­mes de la vie socia­le et les a con­fi­nées au foyer pour
tou­jours.
Dans la situa­tion actue­lle, il faut donc se baser sur les besoins de ces tra­vai­lleu­ses,
nous devrions exi­ger la socia­li­sa­tion des ser­vi­ces qui ont été his­to­ri­que­ment couverts dans la sphè­re
domes­ti­que. Nous devrions exi­ger que ces ser­vi­ces soient la res­pon­sa­bi­li­té de l’État (en tant que
res­pon­sa­ble de la ges­tion de la repro­duc­tion socia­le) et qu’ils soient des ser­vi­ces de qua­li­té,
uni­ver­sels et gra­tuits. La pri­se en char­ge de ces emplois par l’État per­met­trait, d’une part, de libé­rer
les fem­mes de ce tra­vail, et d’autre part, de pou­voir garan­tir gra­tui­te­ment et avec qua­li­té tous les
ser­vi­ces néces­sai­res à la socié­té dans son ensem­ble. Il serait éga­le­ment pos­si­ble de garan­tir les
con­di­tions des per­son­nes qui y tra​vai​llent​.Au con­tra­ire, com­me nous l’avons men­tion­né plus haut, le
sys­tè­me capi­ta­lis­te et l’État bour­geo­is, en tant qu’agent de sa ges­tion, sont struc­tu­re­lle­ment
inca­pa­bles de déve­lop­per cet­te for­me et, par con­sé­quent, il est urgent de met­tre sur la table la
néces­si­té d’un nou­veau cadre éco­no­mi­que et social que nous offre le socialisme.En d’autres ter­mes,
il est impé­ra­tif que nous orien­tions notre stra­té­gie vers un État socia­lis­te en tant que for­me d’État
subor­don­née aux inté­rêts de la socié­té.
Sur ce, le choix d’ITAIA est clair: la seu­le option rée­lle pour finir avec ces oppres­sions, est la
cons­truc­tion du socia­lis­me, pro­jet poli­ti­que capa­ble de dépas­ser l’organisation de la socié­té dans là
quel nous vivons. Pour cela, afin de con­tri­buer à la for­me d’organisation qui a ce but stra­té­gi­que et
afin de déve­lop­per les capa­ci­tés poli­ti­ques, la lut­te pour l’amélioration des con­di­tions de vie et de
tra­vails des fem­mes tra­vai­lleu­ses est indispensable. 

Jato­rria /​Ori­gen

Artikulua gustoko al duzu? / ¿Te ha gustado este artículo?

Share on facebook
Share on Facebook
Share on twitter
Share on Twitter

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *