CONTRE LA VIOLENCE MACHISTE, ORGANISONS LES CAPACITÉS SOCIALISTES – ITAIA

Sui­te à la jour­née inter­na­tio­na­le de lut­te con­tre la vio­len­ce à l’égard des fem­mes, ITAIA a souhai­té
ren­dre public son analy­se poli­ti­que de la vio­len­ce machis­te. Pour ce fai­re, il nous a été indis­pen­sa­ble
d’examiner la situa­tion à la fois poli­ti­que et éco­no­mi­que con­di­tion­née tota­le­ment par le con­tex­te de
la pan­dé­mie. Nous con­si­dé­rons donc qu’il est néces­sai­re non seu­le­ment d’analyser la fon­ction que
rem­plit la vio­len­ce dans le sys­tè­me capi­ta­lis­te, mais aus­si d’identifier les for­mes que prend cet­te
vio­len­ce aujourd’hui.

Les chan­ge­ments cul­tu­rels et éco­no­mi­ques pro­vo­qués par le coro­na­vi­rus sont vrai­ment
épou­van­ta­bles. Les per­tes que la cri­se sani­tai­re a engen­drées dans la socié­té, loin d’être tem­po­rai­res,
sont pro­fon­des et désas­treu­ses. Le réa­jus­te­ment éco­no­mi­que, la vio­la­tion des droits, le con­trô­le
poli­cier ou l’augmentation de la vio­len­ce que nous subis­sons à cau­se de la Covid-19 ont un carac­tè­re
irré­ver­si­ble. Le capi­tal se sert de cet­te même pan­dé­mie pour pro­cé­der à un réa­jus­te­ment de la socié­té
en géné­ral et plus par­ti­cu­liè­re­ment des rela­tions de tra­vail pour s’assurer que le pou­voir bour­geo­is
per­du­re. En con­sé­quen­ce de cet­te cri­se éco­no­mi­que accé­lé­rée par la pan­dé­mie, les fem­mes
tra­vai­lleu­ses subis­sent une dété­rio­ra­tion pro­non­cée de leurs con­di­tions de tra­vail et de vie :
licen­cie­ments, une dou­ble char­ge en ce qui con­cer­ne les tâches ména­gè­res en rai­son du con­fi­ne­ment
et des limi­tes éco­no­mi­ques des ser­vi­ces publics, ou l’augmentation des mesu­res poli­ti­ques qui
faci­li­tent et dis­si­mu­lent les cas de vio­len­ces machis­tes pour ne don­ner que quel­ques exemples.

De plus et bien que les don­nées offi­cie­lles visent à nous mon­trer une réa­li­té dif­fé­ren­te, dans ce
con­tex­te, l’augmentation des agres­sions machis­tes paraît évi­den­te, d’une part par­ce que la
pro­lé­ta­ri­sa­tion d’une gran­de par­tie des couches moyen­nes – ins­ta­bi­li­té éco­no­mi­que et socia­le –
aug­men­te­ra les cas de vio­len­ce, et d’autre part par­ce que des mesu­res poli­ti­ques telles que les
couvre-feux et l’isolement social faci­li­tent et con­so­li­dent les con­tex­tes pro­pi­ces à l’exécution de cet­te
vio­len­ce. Par con­sé­quent, l’homme tra­vai­lleur con­ti­nue et con­ti­nue­ra à pra­ti­quer sa domi­na­tion sur
la fem­me par la vio­len­ce, entraî­nant une plus gran­de mar­gi­na­li­sa­tion et oppres­sion de la fem­me.
Autre­ment dit, sui­te à la res­truc­tu­ra­tion éco­no­mi­que et cul­tu­re­lle, la vio­len­ce mas­cu­li­ne ira en se
nor­ma­li­sant et sera plus dif­fi­ci­le à gérer, de sor­te que pour y fai­re face, il sera de notre devoir
d’identifier les nou­ve­lles for­mes de cet­te vio­len­ce et d’en fai­re une inter­pré­ta­tion appropriée.

1. LA VIOLENCE CACHÉE DU SYSTÈME CAPITALISTE

Le capi­tal uti­li­se diver­ses for­mes pour con­trô­ler la clas­se ouvriè­re, ce qui fait que nous som­mes de
plus en plus sou­mis et subis­sons une plus gran­de domi­na­tion. Cet­te vio­len­ce peut être évi­den­te,
com­me pour le cas de la tor­tu­re, des coups, des arres­ta­tions ou des sanc­tions, qui ser­vent à garan­tir
la peur et la dis­lo­qua­tion poli­ti­que dans la socié­té. Cepen­dant, la vio­len­ce est un élé­ment intrin­sè­que
du sys­tè­me capi­ta­lis­te ; le pro­blè­me est que son haut degré de nor­ma­li­sa­tion le rend invi­si­ble.
Com­me l’organisation de la socié­té et notre exis­ten­ce sont déter­mi­nées par le pou­voir bour­geo­is,
l’individu.e issu.e de la clas­se tra­vai­lleu­se ne dis­po­se d’aucun con­trô­le sur sa vie, ce qui, à notre
avis, fait par­tie de la vio­len­ce. L’obligation de tra­vai­ller huit heu­res par jour pour autrui, la
mer­can­ti­li­sa­tion – déshu­ma­ni­sa­tion – des per­son­nes, le man­que de capa­ci­té de déci­sion nous
con­cer­nant, la peur quo­ti­dien­ne de per­dre notre emploi etc. font par­tie de la vio­len­ce, sont le pain
quo­ti­dien de la clas­se ouvriè­re. Par con­sé­quent, dans cet­te socié­té divi­sée en deux clas­ses aux
inté­rêts con­tra­dic­toi­res, la vio­len­ce est un moyen essen­tiel pour exer­cer un con­trô­le sur la clas­se
dépos­sé­dée.

La cri­se qui se ren­for­ce en rai­son de la pan­dé­mie entraî­ne une ins­ta­bi­li­té éco­no­mi­que et poli­ti­que.
Pre­uve en est la per­te des con­di­tions de vie et des droits des tra­vai­lleurs, visi­ble dans les expul­sions,
les licen­cie­ments mas­sifs, la néga­tion du droit à la san­té et les gra­ves res­tric­tions sur l’accès à une
édu­ca­tion de qua­li­té, entre autres. En ces temps de chan­ge­ment, la vio­len­ce s’intensifie et l’État
réa­git en dur­cis­sant ses for­ces répres­si­ves et judi­ciai­res pour main­te­nir sa sup­po­sée sta­bi­li­té, à savoir
arrê­ter le prolétariat.

Bien que cet­te vio­len­ce tou­che tou­tes les per­son­nes de la clas­se ouvriè­re, nous pri­vant du con­trô­le
sur nos pro­pres vies, cha­que sujet oppri­mé la vit dif­fé­rem­ment : un jeu­ne, une fem­me ou un étran­ger
ne vit pas cet­te vio­len­ce de la même maniè­re, notre tra­vail con­sis­te donc à défi­nir la maniè­re dont
les fem­mes tra­vai­lleu­ses vivent cet­te vio­len­ce. Au sein de la vio­len­ce struc­tu­re­lle, la vio­len­ce con­tre
les fem­mes tra­vai­lleu­ses se maté­ria­li­se sous une for­me con­crè­te : la vio­len­ce machis­te. La vio­len­ce
machis­te est un moyen indis­pen­sa­ble pour le capi­tal car c’est un méca­nis­me qui per­met de main­te­nir
les fem­mes en tant que sujets éco­no­mi­ques déva­lo­ri­sés et de trans­for­mer cet­te idée en nor­me
cul­tu­re­lle dans la socié­té. Ain­si, la vio­len­ce per­met de main­te­nir la figu­re de la fem­me oppri­mée et
de créer une ima­ge fémi­ni­ne qui l’intéresse le plus dans cha­que moment historique..

2. L’OPPRESSION DES FEMMES TRAVAILLEUSES ET LA VIOLENCE MACHISTE

Com­me nous l’avons déjà men­tion­né, le capi­tal adap­te l’oppression des fem­mes tra­vai­lleu­ses aux
besoins éco­no­mi­ques capi­ta­lis­tes de cha­que moment his­to­ri­que et obtient ain­si des gains
éco­no­mi­ques plus impor­tants et con­so­li­de par la même le sta­tut des fem­mes tra­vai­lleu­ses en tant que
sujets déva­lo­ri­sés. Dans le sys­tè­me capi­ta­lis­te, l’oppression de la fem­me tra­vai­lleu­se est
subor­don­née à la domi­na­tion bour­geo­ise, c’est-à-dire à une accu­mu­la­tion illi­mi­tée de riches­ses basée
sur l’exploitation des tra­vai­lleurs. Au con­tra­ire, nous ne devons pas oublier que la divi­sion socia­le
du tra­vail est cons­trui­te sur des con­di­tions impo­sées au préa­la­ble et que le capi­tal se fait avec
d’autres for­mes de domi­na­tion afin que cet objec­tif soit réa­li­sé dans la plus gran­de mesu­re pos­si­ble
Nous ne devons pas oublier que la divi­sion socia­le du tra­vail se cons­truit sur des con­di­tions
impo­sées au préa­la­ble et que les dif­fé­ren­tes for­mes de domi­na­tion per­met­tent son accu­mu­la­tion à
plus gran­de éche­lle. L’existence des sujets subor­don­nés socia­le­ment si nor­ma­li­sés dans le sys­tè­me
capi­ta­lis­te répond à cet­te réa­li­té. Dans ce cas, nous allons analy­ser l’oppression des fem­mes
tra­vai­lleu­ses :

D’une part, la fami­lle, qui appa­raît à la base de la domi­na­tion des fem­mes tra­vai­lleu­ses, et le rôle
qu’elle a joué et joue actue­lle­ment dans cet­te domi­na­tion, a fait que les fem­mes se sont inté­grées
dans la pro­duc­tion socia­le de maniè­re tendancieuse.En d’autres ter­mes : mal­gré le fait qu’aux débuts
du capi­ta­lis­me, les fem­mes ont été “reti­rées” de la pro­duc­tion socia­le, il a été pos­si­ble de cons­ta­ter
que son déve­lop­pe­ment a inclus les fem­mes dans le mon­de du tra­vail, mais sans avoir sur­mon­té les
fon­ctions qu’elles rem­plis­saient dans la famille.C’est une con­tra­dic­tion évi­den­te du capi­tal : les
fem­mes sont inté­grées au mar­ché du tra­vail, mais la char­ge des tâches ména­gè­res leur incom­be
tou­jours. Cela sig­ni­fie que les fem­mes sont insé­rées dans des rela­tions de tra­vail pré­cai­res, des
emplois par­tiels, des con­trats tem­po­rai­res ou du chô­ma­ge, et subis­sent une dépen­dan­ce éco­no­mi­que
vis-à-vis des ins­ti­tu­tions bour­geo­ises. Com­me si cela ne suf­fi­sait pas, elles ont tou­jours
le devoir d’accomplir des tâches domes­ti­ques, ce qui les con­dam­ne à l’isolement social et politique.

En con­sé­quen­ce, la vio­len­ce machis­te est une vio­len­ce sys­té­ma­ti­que visant à main­te­nir le pou­voir
de l’ennemi, qui vei­lle à ce que la main‑d’œuvre de la fem­me tra­vai­lleu­se res­te déva­lo­ri­sée, à ce que
ce sujet soit cul­tu­re­lle­ment oppri­mé et poli­ti­que­ment subor­don­né. Par con­sé­quent, cela peut être
inter­pré­té com­me un méca­nis­me idéo­lo­gi­que pour per­met­tre l’accumulation du capi­tal à son niveau
maxi­mum. Dans notre vie quo­ti­dien­ne, cet­te vio­len­ce mas­cu­li­ne appa­raît sous diver­ses for­mes :
dans le man­que de recon­nais­san­ce poli­ti­que, dans la domi­na­tion juri­di­co-cul­tu­re­lle, dans l’isolement
cau­sé par la vio­len­ce mas­cu­li­ne, dans le con­trô­le, les mau­vais trai­te­ments, les agres­sions sexue­lles,
la vio­len­ce phy­si­que et psychologique…

Pour que la natu­re du sujet oppri­mé qu’est la fem­me con­ti­nue à se repro­dui­re de maniè­re illi­mi­tée, le
capi­tal met en œuvre une série de moyens poli­ti­ques. Grâ­ce à divers méca­nis­mes (éta­ti­ques ou
autres), il par­vient à fai­re de l’idéologie machis­te une nor­me cul­tu­re­lle. Les exem­ples de tels
méca­nis­mes sont : le sys­tè­me judi­ciai­re, les médias, l’éducation ou le mar­ché du sexe.

– Par le biais des sys­tè­mes judi­ciai­res, ils vei­llent à ce que les atta­ques con­tre les fem­mes soient
menées avec une impu­ni­té tota​le​.Il n’y a pas de pré­cé­dent poli­ti­co-ins­ti­tu­tion­nel qui ait mis un ter­me
aux atta­ques machis­tes. Un exem­ple clair de cela est que “l’ivresse a été con­si­dé­rée par l’Audience
de Nava­rre com­me une cir­cons­tan­ce atté­nuan­te edo “excu­sa­ble” dans une affai­re de viol”. Par
con­sé­quent, tout pré­tex­te est libre pour exécu­ter une agres­sion, d’opprimer une fem­me pour
tou­jours. La sévé­ri­té ou la fle­xi­bi­li­té des déci­sions des sys­tè­mes judi­ciai­res face à la vio­len­ce
machis­te dépen­dra du con­tex­te social et poli­ti­que du moment.Les déci­sions seront pri­ses en fon­ction
du lieu et du moment, jamais au béné­fi­ce de la fem­me qui a été agressée.

– Les médias mènent diver­ses actions lors du déve­lop­pe­ment de l’idéologie machis­te. D’une part, ils
ren­for­cent l’imaginaire fémi­nin, puisqu’ils façon­nent la maniè­re dont elles doi­vent s’habiller , leur
sty­le cor­po­rel, leur mode de vie ou enco­re d’autres phé­no­mè­nes. Il revient au capi­tal de déve­lop­per
l’image de la fem­me qui l’intéresse à cha­que ins­tant. Les médias créent une ima­ge ou une autre de la
fémi­ni­té en fon­ction des besoins du capi­tal : autre­fois, cela corres­pon­dait à l’image de la “mère
par­fai­te” et aujourd’hui, l’on socia­li­se des ima­ges de fem­mes indé­pen­dan­tes et moder­nes. En outre,
nous retro­uvons la mani­pu­la­tion des infor­ma­tions : ils trai­tent les infor­ma­tions qui les inté­res­sent à
ce moment-là et les expli­quent dans le sens où ça les inté­res­se. Pour ce fai­re, ils trans­met­tent la
vision qu’ils souhai­tent dif­fu­ser d’un pro­cès de vio­len­ce machis­te, ils font tai­re les voix des fem­mes
de ména­ge qui sont en lut­te et cachent con­ti­nue­lle­ment la réa­li­té des fem­mes tra­vai­lleu­ses en
pério­de de pan­dé­mie, etc.

– Le sys­tè­me édu­ca­tif est orien­té vers l’application de la divi­sion des sexes ; il fait en sor­te que les
filles et les garçons fas­sent des étu­des dans dif­fé­rents domai­nes, de sor­te que cet­te divi­sion sexue­lle
con­ti­nue à être repro­dui­te dans leur futur emploi. En outre, dans le domai­ne de l’éducation, les filles
et les garçons se voient attri­buer des atti­tu­des dif­fé­ren­tes et sont socia­li­sés dif­fé­rem­ment (fai­re tai­re
les filles en pre­mier, exi­ger qu’elles soient les mei­lleu­res dans leurs étu­des, etc.)

– Le mar­ché du sexe, duquel le capi­tal et ses appa­reils d’État sont les pre­miers res­pon­sa­bles a une
res­pon­sa­bi­li­té direc­te dans la mesu­re où il nor­ma­li­se la vio­len­ce machis­te. Le fait que l’une des
for­mes les plus vio­len­tes de vio­len­ce subie par les êtres humains soit la vio­len­ce sexue­lle et que
celle-ci ait une for­te dimen­sion de gen­re est en rap­port avec les débuts de cet­te socié­té. Le
capi­ta­lis­me s’est cons­truit sur des for­mes socia­les anté­rieu­res ; il a radi­ca­le­ment trans­for­mé les
rela­tions socia­les anté­rieu­res, mais en même temps en a ren­for­cé cer­tai­nes. Un des exem­ples serait
la sexua­li­sa­tion des fem­mes, une des plus impor­tan­tes ins­ti­tu­tions du capi­tal pour obte­nir des pro­fits
plus éle­vés et pour socia­li­ser sa pro­pre idéo­lo­gie sexis­te. La mar­chan­di­sa­tion des corps et plus
par­ti­cu­liè­re­ment la mar­chan­di­sa­tion du sexe des fem­mes a des con­sé­quen­ces bru­ta­les sur la vio­len­ce
à l’égard des fem­mes. La mer­can­ti­li­sa­tion du sexe fait des per­son­nes et des corps des objets, des
objets vul­né­ra­bles inca­pa­ble de quoi que ce soit. Dans l’ordre capi­ta­lis­te, tout est sus­cep­ti­ble d’être
ache­té et ven­du : la per­son­ne est l’équivalent de l’objet. Dans cet­te socié­té, tout com­me vous pou­vez
ache­ter des vête­ments, vous pou­vez aus­si con­som­mer le corps d’une per­son­ne plus fai­ble que vous,
ce qui impli­que l’utilisation de la per­son­ne d’à côté pour vous satis­fai­re. On peut dire que le capi­tal
cache tou­tes sor­tes d’agressions et de vio­len­ces sous l’argent, ce qui légi­ti­me et nor­ma­li­se tou­te
vio­len­ce dans notre vie quo­ti­dien­ne. Par con­sé­quent, le capi­tal et l’État, par le biais d’institutions
com­me la pros­ti­tu­tion, légi­ti­ment tou­te agres­sion machis­te : ils font de la con­som­ma­tion du corps
des fem­mes une nor­me cul­tu­re­lle machiste.

Ce sont là, entre autres, les appa­reils que le capi­tal a sous son con­trô­le pour répan­dre l’idéologie
machis­te et sta­bi­li­ser la figu­re oppri­mée des fem­mes. Par ces moyens et d’autres moyens
ins­ti­tu­tion­nels, il par­vient à légi­ti­mer tous les cas de vio­len­ce quo­ti­dien­ne que nous, fem­mes
tra­vai­lleu­ses, subis­sons, et ain­si, le capi­tal obtient la pos­si­bi­li­té de fai­re ce qu’il veut de la
main‑d’œuvre et de la vie des fem­mes tra­vai­lleu­ses, ce qui repro­duit éter­ne­lle­ment des rela­tions
basées sur la violence.

Cepen­dant, la vio­len­ce machis­te est le pain quo­ti­dien des fem­mes. La fem­me tra­vai­lleu­se est aus­si
bat­tue chez elle, est con­dam­née à se sen­tir en dan­ger dans les rues, est sou­vent rédui­te au silen­ce et
mar­gi­na­li­sée dans des grou­pes et nous pou­vons trou­ver mille autres exem­ples de ce type pour
expri­mer les cas de vio­len­ce machis­te que nous, les fem­mes, devons souf­frir dans notre vie
quo­ti­dien­ne. La vio­len­ce machis­te est sou­vent exer­cée par des hom­mes tra­vai­lleurs ; maris
auto­ri­tai­res, direc­teurs, vio­leurs, etc. On peut donc dire que les figu­res dis­ci­pli­nai­res (les mem­bres
de la clas­se ouvriè­re qui exer­cent la vio­len­ce machis­te con­tre les tra­vai­lleu­ses) jouent un rôle direct
dans l’oppression et la subor­di­na­tion des tra­vai­lleu­ses en ren­fo­rçant le pou­voir de l’ennemi et en
colla­bo­rant avec lui. Nous enten­dons par là que la vio­len­ce mas­cu­li­ne, loin d’être arbi­trai­re, est une
for­me de vio­len­ce subor­don­née aux inté­rêts éco­no­mi­co-poli­ti­ques. La domi­na­tion capi­ta­lis­te crée
des for­mes per­ma­nen­tes d’inimitié, et par con­sé­quent de vio­len­ce, plu­tôt que de soli­da­ri­té. Ensui­te,
il la com­plè­te avec des méca­nis­mes idéo­lo­gi­ques qui nor­ma­li­sent la supré­ma­tie de cer­tains sujets.
Dans ce cas, le machis­me en tant qu’idéologie géné­ra­le a fait de la supré­ma­tie de l’homme une
nor­me culturelle.

Il est donc clair pour nous que la vio­len­ce mas­cu­li­ne pro­duit des béné­fi­ces éco­no­mi­ques et
poli­ti­ques pour la clas­se possédante.D’une part, com­me con­sé­quen­ce de la vio­len­ce machis­te, car,
com­me nous l’avons déjà men­tion­né, la bour­geo­isie aug­men­te sa capa­ci­té éco­no­mi­que au détri­ment
des fem­mes tra­vai­lleu­ses. Et d’autre part, par­ce qu’il annu­le tou­te pos­si­bi­li­té d’organisation de la
clas­se ouvriè­re. En rai­son des agres­sions que nous, les fem­mes tra­vai­lleu­ses, subis­sons dans la vie
quo­ti­dien­ne, nous som­mes con­dam­nées à être en inca­pa­ci­té en tant que sujet poli­ti­que puis­que nous
est sous­trai­te notre capa­ci­té poli­ti­que et socia­le de rejoin­dre l’organisation poli­ti­que. Cela ne nous
affec­te pas seu­le­ment indi­vi­due­lle­ment, mais entra­ve l’ensemble de l’organisation pro­lé­ta­rien­ne, car
elle réduit les com­pé­ten­ces de la clas­se ouvriè­re de moi­tié. Par con­sé­quent, si nous vou­lons
cons­trui­re des modè­les de rela­tions socia­lis­tes, il sera essen­tiel que les fem­mes tra­vai­lleu­ses fas­sent
par­tie de l’organisation com­mu­nis­te. Il est essen­tiel que les fem­mes devien­nent des mili­tan­tes
acti­ves, et pour cela, notre tra­vail con­sis­te à acti­ver des pro­to­co­les effi­ca­ces face aux con­tex­tes des
agres­sions machis­tes et à com­bat­tre les figu­res dis­ci­pli­nai­res qui les maté­ria­li­sent.
En bref, les rela­tions basées sur la vio­len­ce se sont géné­ra­li­sées, tant du côté du capi­tal, par­ce que la
socia­li­sa­tion des fem­mes en tant que sujets éco­no­mi­que­ment déva­lo­ri­sés et cul­tu­re­lle­ment oppri­més
aug­men­te les avan­ta­ges éco­no­mi­ques de la bour­geo­isie, tout com­me par le tra­vai­lleur, car l’homme
déve­lop­pe une rela­tion de domi­na­tion sur la fem­me pour satis­fai­re les désirs indi­vi­duels et
momen­ta­nés.

Tout cela fait par­tie d’un vas­te dis­po­si­tif con­trô­lé par le capi­tal, qui a pour but de répan­dre
l’idéologie machis­te et main­te­nir les fem­mes dans la posi­tion de sujet oppri­mé. Par le biais de ces
inter­mé­diai­res ins­ti­tu­tion­nels et bien d’autres, la vio­len­ce subie par les fem­mes ouvriè­res au
quo­ti­dien est légi­ti­mée, ce qui per­met au capi­tal d’utiliser notre for­ce de tra­vail et l’intégralité de nos
vies à sa con­ve­nan­ce. Il en va de même pour nos liens sociaux, qui se repro­dui­sent sans ces­se, se
basant sur la violence.

La vio­len­ce machis­te règ­ne au quo­ti­dien dans nos vies. Elle con­dam­ne la fem­me ouvriè­re à subir
des coups chez elle, à ne pas être à l’aise lorsqu’elle mar­che dans la rue, à etre au second plan et se
tai­re lorsqu’elle est en grou­pe. Il est pos­si­ble d’allonger cet­te lis­te avec des cen­tai­nes d’autres
exem­ples, qui mon­tre­raient les vio­len­ces machis­tes que nous subis­sons au quo­ti­dien. Cet­te vio­len­ce,
c’est le plus sou­vent les hom­mes de la clas­se ouvriè­re qui nous sont pro­ches qui la per­pé­tue; un mari
auto­ri­tai­re, un patron, un collè­gue, un vio­leur, etc. Ils font par­tie des figu­res dis­ci­pli­nai­res, des
hom­mes fai­sant par­tie de la même clas­se ouvriè­re mais qui pour­tant nous font subir la bru­ta­li­té
machis­te. Ils jouent un rôle direct quant à l’oppression et la subor­di­na­tion de la fem­me tra­vai­lleu­se,
tout en ren­for­cant l’ennemi, colla­bo­rant avec lui. Ce que nous vou­lons dire par cela, c’est que loin
d’être un acte ano­din, le machis­me est un outil sous tute­lle de cer­tains inté­rêts poli­ti­ques et
éco­no­mi­ques. La domi­na­tion capi­ta­lis­te engen­dre une con­cu­rren­ce inces­san­te, aux anti­po­des des
for­mes de rela­tions soli­dai­res. De la nais­sent dif­fé­ren­tes for­mes de vio­len­ces, et ses méca­nis­mes
idéo­lo­gi­ques nor­ma­li­sant la supé­rio­ri­té de cer­tains sujets. Dans notre cas, le machis­me, com­me
idéo­lo­gie domi­nan­te, à pro­duit la nor­me cul­tu­re­lle dic­tant la domi­na­tion mas­cu­li­ne sur les fem­mes,
créant ain­si de par­fai­tes con­di­tions pour éla­bo­rer les figu­res com­pli­ces, qui ne font que répé­ter cet­te
oppres­sion.

Il appa­raît donc clai­re­ment que la vio­len­ce machis­te appor­te des béné­fi­ces poli­ti­ques et
éco­no­mi­ques à la clas­se diri­gean­te. D’une part, au tra­vers de la bru­ta­li­té cau­sée par les actes
machis­tes, la bour­geo­isie accu­mu­le des capa­ci­tés éco­no­mi­ques en se ser­vant des fem­mes
tra­vai­lleu­ses. D’autre part, cet­te même bru­ta­li­té ne per­met pas à la fem­me pro­lé­tai­re de s’organiser.

En effet, nous subis­sons quo­ti­dien­ne­ment les con­sé­quen­ces des agres­sions. Agres­sions qui nous
con­dam­nent à être un sujet poli­ti­que dépour­vu de capa­ci­tés poli­ti­ques et socia­les nous per­met­tant de
nous unir à l’organisation pro­lé­tai­re. Ceci, au-delà du sim­ple individu.e, affec­te la clas­se ouvriè­re
tou­te entiè­re qui voit ses capa­ci­tés d’organisation res­trein­tes. De ce fait, si nous avons pour but des
rela­tions basées sur le socia­lis­me, il est impé­ra­tif que nous, fem­mes ouvriè­res, soyons au cœur de
l’organisation com­mu­nis­te. Pour cela, la fem­me ouvriè­re doit etre une mili­tan­te acti­ve: il est donc
indis­pen­sa­ble d’entraver les agres­sions qu’elle pou­rrait subir dans cer­tains con­tex­tes pro­pi­ces, par le
biais de pro­to­co­les éffi­ca­ces, qui feront face à la vio­len­ce cau­sée par les figu­res disciplinaires.

Les cho­ses étant ain­si, l’on voit aisé­ment les limi­tes struc­tu­re­lles de deman­der de maniè­re glo­ba­le et
abs­trai­te à l’État et à ses dis­po­si­tifs ins­ti­tu­tion­nels de met­tre en pla­ce des
méca­nis­mes pour stop­per la bru­ta­li­té machis­te. En effet, eux-mêmes font per­du­rer la vio­len­ce
machis­te par leur res­pon­sa­bi­li­té poli­ti­que. Les Etats ont beau dis­si­mu­ler la vio­len­ce, il est
impos­si­ble de la fai­re dis­pa­raî­tre dans une socié­té domi­née par les rela­tions capi­ta­lis­tes. En effet, le
pro­blè­me ne se limi­te pas aux inté­rêts et aux ambi­tions poli­ti­ques de celui qui est à la tête du
gou­ver­ne­ment: nous devons nous con­cen­trer sur le sys­tè­me éco­no­mi­que qui le gouverne.

L’orientation poli­ti­que de l’État se des­si­ne en fon­ction de ses inté­rêts éco­no­mi­ques: il a pour but de
ren­for­cer la for­ce de la clas­se domi­nan­te. Pen­dant ce temps, l’État et son gou­ver­ne­ment se limi­tent
seu­le­ment à l’administration natio­na­le au tra­vers de mesu­res pri­ses en ce sens-là. Il est alors natu­rel
que l’État ne pren­ne aucu­ne mesu­re qui serait sus­cep­ti­ble de nui­re à la logi­que capi­ta­lis­te et donc, la
vio­len­ce fai­te aux ouvriè­res ne s’arrêtera pas grâ­ce aux déci­sions et inter­mé­diai­res politiques.

3. LA NÉCESSITÉ DE L’ORGANISATION

Quel rôle joue alors l’organisation socia­lis­te dans la lut­te con­tre la vio­len­ce machiste?

Défi­nir l’orientation stra­té­gi­que en iden­ti­fiant la sour­ce du pro­blè­me et en l’analysant
correc­te­ment:
Iden­ti­fier et com­pren­dre de façon con­crè­te et minu­tieu­se la fon­ction affé­ren­te à la bru­ta­li­té machis­te
au sein du sys­tè­me capi­ta­lis­te, afin de pré­ci­ser l’orientation stra­té­gi­que qui lui fera face. Les
pro­ces­sus de lut­te doi­vent avoir com­me point de départ une analy­se détai­llée des fon­ctions et des
carac­té­ris­ti­ques des cas de vio­len­ce, car ces cas ne peu­vent pas être com­pris com­me des élé­ments
iso­lés et étan­ches. En dehors de cela, les pro­ces­sus de lut­te doit être orien­tée vers une orien­ta­tion
con­crè­te, à savoir l’abolition de la vio­len­ce struc­tu­re­lle à l’encontre des travailleurs.

Pour en finir avec la vio­len­ce machis­te, sig­na­ler les limi­tes du modè­le de rela­tion au sein du
sys­tè­me capi­ta­lis­te:
Bien que notre hori­zon stra­té­gi­que soit orien­té vers l’abolition de la vio­len­ce struc­tu­re­lle con­tre les
clas­se ouvriè­re, nous défi­nis­sons com­me une tâche urgen­te d’entreprendre des pro­ces­sus de lut­te
pour com­bat­tre la vio­len­ce machis­te. Afin de ne pas per­dre de vue l’orientation stra­té­gi­que des
pro­ces­sus de lut­te, il nous sem­ble néces­sai­re impor­tant de sou­lig­ner le rôle poli­ti­que de l’État dans la
per­pé­tua­tion de la vio­len­ce mas­cu­li­ne. En effet, nous som­mes cons­cients que les ins­ti­tu­tions
man­quent de neu­tra­li­té et sont subor­don­né aux besoins éco­no­mi­ques et poli­ti­ques du capi­tal. Par
con­sé­quent, les mesu­res poli­ti­ques et la ges­tion misé­ra­ble de l’État sont le résul­tat de son inca­pa­ci­té
struc­tu­re­lle, plus que par leur man­que de volon­té poli­ti­que.
Cela ne sig­ni­fie pas que nous ne devons pas dénon­cer l’irresponsabilité de l’État en ter­mes de
con­so­li­da­tion de la vio­len­ce mas­cu­li­ne ; au con­tra­ire, nous devons lui repro­cher
tou­te la res­pon­sa­bi­li­té qu’il a à cet égard. Cela étant, lorsqu’il s’agit de for­mu­ler des deman­des
con­crè­tes exigée de l’État sur une ques­tion par­ti­cu­liè­re, ces deman­des doi­vent être accom­pag­nées
des décla­ra­tions qui expri­ment les con­tra­in­tes struc­tu­re­lles aux­que­lles nous, les fem­mes
tra­vai­lleu­ses, som­mes con­fron­tées pour béné­fi­cier de con­di­tions de vie de qua­li­té dans le cadre des
rela­tions capi­ta­lis­tes. Pour que nous jouis­sions tous des mêmes con­di­tions de vie et que nous
finis­sions donc par vio­len­ce, il sera essen­tiel de cons­trui­re des ins­ti­tu­tions pro­lé­ta­rien­nes : c’est la
voie sur laque­lle nous devons gui­der les pro­ces­sus tac­ti­ques de lut­te con­tre la vio­len­ce masculine.

Au vu de nos capa­ci­tés poli­ti­ques, créer nos pro­pres méca­nis­mes pour fai­re face à la bru­ta­li­té
machis­te: orga­ni­ser les apti­tu­des socialistes.

Il nous faut don­ner for­me aux apti­tu­des et méca­nis­mes poli­ti­ques qui nous per­met­tront de lut­ter
con­tre les dif­fé­ren­tes for­mes que prend la vio­len­ce machis­te aujourd’hui, après les avoir
correc­te­ment iden­ti­fiées. Notre devoir doit être de chan­ger les con­di­tions de vie de la fem­me
tra­vai­lleu­se et ses con­di­tions stra­té­gi­ques au tra­vers de lut­tes con­crè­tes. Autre­ment dit, il nous faut
déve­lop­per des méca­nis­mes poli­ti­ques en mesu­re de sor­tir la fem­me tra­vai­lleu­se des situa­tions de
dépen­dan­ce éco­no­mi­que, maté­rie­lle et phy­si­que à laque­lle elle est astrein­tre. En som­me, créer les
con­di­tions objec­ti­ves pour que la fem­me rejoig­ne la lut­te des classes.

Dans le même sens, il faut lut­ter pour cons­ti­tuer la fem­me tra­vai­lleu­se en tant que sujet poli­ti­que.
Pre­miè­re­ment, en lui per­met­tant d’acquérir les capa­ci­tés théo­ri­ques et poli­ti­ques néces­sai­res à la
com­préhen­sion de la réa­li­té qui l’opprime. Deu­xiè­me­ment, en lien avec le pre­mier point, nous
devons lut­ter con­tre les figu­res et méca­nis­mes qui per­met­tent le main­tien per­pé­tuel de la fem­me en
tant que sujet dépour­vu de recon­nais­san­ce et d’aptitude politique.

Il nous faut gar­der en tête la direc­tion stra­té­gi­que qu’il con­vient de pren­dre afin de met­tre fin à la
vio­len­ce machis­te: le ren­for­ce­ment du pro­ces­sus socia­lis­te. Ce der­nier étant la seu­le amé­lio­ra­tion
pos­si­ble de nos con­di­tions de vie, la seu­le assu­ran­ce d’en finir avec la vio­len­ce machis­te. Nous
situons, dans notre lut­te pour les mêmes con­di­tions de vie de tou­tes et tous, l’absence de pré­ca­ri­té
dans les rela­tions de tra­vail des fem­mes, l’absence de peur en mar­chant dans la rue, l’absence de
peur de se fai­re frap­per en ren­trant à la mai­son ou enco­re l’obligation de ne pas se voir impo­ser
tou­tes les tâches ména­gè­res dans cet­te reven­di­ca­tion. A cet effet, nous devons créer notre pro­pre
pou­voir puis­que seul le con­trô­le des tra­vai­lleurs est en mesu­re de fai­re face aux agres­sions
machis­tes.

Par où commencer?

Le pari poli­ti­que d’Itaia est le sui­vant: met­tre en pla­ce les méca­nis­mes socia­lis­tes afin de per­met­tre
l’adjonction de la fem­me tra­vai­lleu­se à la lut­te des clas­ses. Pour cela, il con­vient de fai­re face d’une
part, aux agres­sions quo­ti­dien­nes subies par la fem­me tra­vai­lleu­se – sur le lieu de tra­vail, à la
mai­son, dans la rue, au sein des ins­ti­tu­tions bour­geo­ises… – par le biais de dis­po­si­tifs poli­ti­ques
(ren­for­ce­ment de la pré­ven­tion et répon­ses appro­priées aux agrés­sions) puis d’autre part, il con­vient
de fai­re dis­pa­raî­tre à la raci­ne la nor­me cul­tu­re­lle machis­te, après en avoir pré­ci­sé son
fon­ction­ne­ment (fai­re dis­pa­ra­itre la nor­me cul­tu­re­lle machis­te, en excluant la vio­len­ce machis­te). En
effet, afin que nous, fem­mes, puis­sions être des mili­tan­tes acti­ves, il nous faut créer les con­di­tions à
cet effet, et cela sup­po­se deux impé­ra­tifs majeurs: d’une part, le déve­lop­pe­ment des apti­tu­des
poli­ti­ques des fem­mes, en créant des espa­ces pro­pi­ces à la for­ma­tion et à la par­ti­ci­pa­tion poli­ti­que et
en amé­lio­rant nos con­di­tions de vie, afin de fai­re face effi­ca­ce­ment à l’isolement social et poli­ti­que.
D’autre part, en analy­sant inlas­sa­ble­ment la fon­ction que joue la figu­re dis­ci­pli­nai­re au sein du
pro­lé­ta­riat et en sou­lig­nant cons­tam­ment son incom­pa­ti­bi­li­té abso­lue avec l’organisation
com­mu­nis­te. En créant à cet effet des méca­nis­mes poli­ti­ques qui empê­chent le déve­lop­pe­ment des
figu­res colla­bo­ra­tri­ces au sein du pro­lé­ta­riat afin de met­tre fin au retour en arriè­re qu’ils cons­ti­tuent
d’un point de vue révolutionnaire.

Jato­rria /​Ori­gen

Artikulua gustoko al duzu? / ¿Te ha gustado este artículo?

Share on facebook
Share on Facebook
Share on twitter
Share on Twitter

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *